01 avril 10 conseils pour cultiver du maïs – Comment mieux semer et récolter

Une fois que vous avez fait votre sélection et sélectionné les variétés de maïs les mieux adaptées à vos sols, il existe également quelques conseils supplémentaires qui peuvent vous aider à maximiser les rendements de votre exploitation. Nous discutons les 10 meilleurs conseils ci-dessous.

1. Le Précédent

Herbe

Plus que la hauteur de l’herbe, c’est la date de la fauche qui importe. Il vaut mieux faucher le plus tôt possible et se contenter d’un moindre rendement que faucher trop tard une coupe abondante qui dessèche trop les sols et qui nuit au développement du maïs. Ce sont les leçons tirées des printemps 2017, 2018, 2019 et 2020. Dans bon nombre de cas, le rendement d’un maïs implanté tardivement après une grosse coupe d’herbe n’atteignait pas la moitié d’un rendement normal.

Légumes

Surtout en sols sableux, des souches résistantes de Pythium et de Fusarium risquent de provoquer pas mal de dégâts. De ce fait, en semant du maïs ensilage après légumes dans des sols réchauffés, il est important de respecter la densité (minimum 105.000 gr/ha) et la profondeur conseillées.

Maïs

La monoculture du maïs – surtout maïs grain – augmente la pression en maladies telles que le rhizoctone. La diversification des cultures permet d’augmenter considérablement le rendement en maïs.

2. La Date de Semis

Globalement le maïs peut être semé précocement. A première vue, il ne devrait pas y avoir de différence par rapport à un maïs semé trois semaines plus tard, mais les teneurs en humidité affichées lors de la récolte prouvent bien le contraire. On peut semer à partir du 10 avril dès que la température du sol atteint les 8°C à 7 h du matin à une profondeur de 3 cm. Le moment venu, il faut donc bien suivre la météo. Si un temps humide et froid est prévu dans les premiers jours, il est préférable de reporter le semis. Le printemps 2017 offrait de très bonnes conditions de semis malgré sa précocité et la sécheresse. En effet, à la suite du manque d’eau, les racines se sont développées en profondeur, ce qui leur a permis de puiser l’eau nécessaire. A contrario, les précipitations extrêmes telles que nous les avons connues au printemps 2016 se sont avérées beaucoup plus néfastes pour le rendement.

3. La Densité de Semis

La densité idéale est souvent dépassée. Fin 2013, on a constaté beaucoup de verse. Il s’est avéré qu’il s’agissait dans la plupart des cas de parcelles où les semis avaient été effectués à une densité de 100 000 grains à l’hectare malgré la date tardive des semis. En effet, une densité de semis trop élevée provoque l’élongation des plantes qui sont trop faibles, et de ce fait plus sensibles à la verse.
La densité de semis idéale est :

Maïs Ensilage :

  • Semis avant le 1er mai : 100.000 grains à l’hectare
  • Après le 1er mai : 95.000 grains
  • A partir du 15 mai : 90.000 grains à l’hectare

Maïs Grain :

  • Semer max. 95.000 grains à l’hectare

4. Profondeur de Semis et Lit de Semences

Pour limiter encore plus les dégâts causés par les oiseaux, il est conseillé de semer à une profondeur de 5 cm. La plante sera dans ce cas plus fermement implantée et plus difficile à arracher. En effet, les dégâts sont plus graves en cas d’une profondeur de semis de 3 cm que de 6 cm.

Remarque importante : si un temps humide et froid est prévu dans les prochains jours, il est plus risqué de semer à 6 cm de profondeur. Dans ce cas, on recommande 3-4 cm.

Les semences traitées au produit Force se sèment à 3 cm de profondeur. En effet, cet insecticide agit par effet de vapeur qui protège une zone de maximum 3 cm autour de la graine.

Veillez également à ne pas trop ameublir le sol et à modérer la vitesse de semis. Un bon rappuyage favorisera la levée.

5. Fertilisation

Tant en Flandre (suivant le ‘MAP’) qu’en Wallonie (suivant le PGDA), les quantités d’épandage d’azote sont déterminées par un arrêté ministériel. Le maïs n’a toutefois pas seulement besoin d’azote et de phosphore. N’oubliez pas non plus le potassium qui permet d’augmenter la protection contre les maladies et d’améliorer la formation de l’épi.

6. Désherbage

D’une façon générale, il est indiqué d’effectuer un désherbage précoce, au stade 2 à 4 feuilles.

7. Maladies et Ravageurs du Maïs

Des maladies du feuillage telles que l’helminthosporiose et la kabatiellose ont été rares ces dix dernières années. Les variétés LG ont toutes été sélectionnées pour leur bonne tolérance à ces maladies foliaires. L’apparition de la fusariose de la tige est fortement liée à la variété. Cette maladie étant très importante en maïs grain, elle se manifeste dans la plupart des cas dans des mois d’octobre chauds et humides.

Le charbon des inflorescences du maïs, qui est parfois observé aux Pays-Bas dans les sols argileux aux abords des rivières, n’a pas encore été signalé en Belgique et ne pose donc pas de problème.

La pyrale du maïs, quant à elle, progresse depuis le sud. Pour l’instant, les dégâts ne sont pas encore trop importants.

A contrario, les larves du taupin sont un problème, surtout dans les zones de monoculture et de sols légers. Dans ce cas, il est conseillé de désinfecter les semences avec Force, éventuellement complété par un insecticide sous forme de granulés au moment du semis.

Dégâts causés par les oiseaux : depuis la suppression du produit Mesurol, les dégâts causés par les oiseaux sont devenus plus fréquents. Korit présente toujours une efficacité correcte contre les dommages causés par les oiseaux.

8. Récolte

En maïs ensilage, le taux de MS devrait idéalement être compris entre 33 et 36% pour obtenir une valeur alimentaire et une teneur en amidon optimales. La taille idéale des particules d’ensilage est de 0,8 cm. Des particules plus grandes offrent plus de structure mais l’ingestion sera moindre. Veillez à utiliser toujours un briseur qui divise les grains en quatre. La récolte du maïs grain s’effectue idéalement à une teneur en humidité d’environ 30%. En CCM, il faut récolter à une teneur en humidité un peu plus élevée, comprise entre 32 et 36%. En fonction des conditions climatiques et du mois, il vaut parfois mieux récolter à une teneur en humidité un peu plus élevée, car attendre trop longtemps augmente le risque de dégâts de structure lors du battage.

9. Conservation et Désilage

Si le maïs ensilage a été récolté à un taux de MS compris entre 33 et 36%, l’ensilage peut être tassé parfaitement. Il faut donc éviter de remplir le silo trop rapidement. Veillez également à tasser correctement.

Le désilage est aussi important que l’ensilage. Il faut veiller à prélever chaque semaine 1,5 à 2 m afin d’affourrager un ensilage parfaitement acidifié sans moisissures.

Un CCM trop sec s’acidifie mal et ne se conserve pas. Un silo couloir est idéal pour la conservation.

10. Choix Variétal

En matière de maïs, le choix variétal est le facteur clé qui déterminera tout. Les variétés de Limagrain vous mettront dans le droit chemin !

Voulez-vous resté informé ?

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités dans votre boite mail.

    déclaration de confidentialité.