Recherche

Recherche Limagrain

La recherche Limagrain s’organise autour de plus de 100 centres de recherche, répartis principalement en Europe, mais également sur d’autres continents. Le budget annuel consacré à la recherche se rapproche de 180 millions € par an. De nombreuses collaborations avec des partenaires le portent à quelque 250 millions € par an. Cela représente annuellement 13 à 14% du chiffre d’affaires professionnel. En effet, face aux enjeux auxquels il est confronté, Limagrain veut proposer des innovations génétiques en maïs et en céréales qui soient acheminées le plus vite possible vers les agriculteurs pour qu’ils en tirent profit le plus vite possible. En colza et tournesol, la génétique ne cesse d’évoluer non plus. Toutefois, ces cultures ne représentent pas grand-chose en Belgique.

Centre de recherche à Rilland

Les infrastructures de Rilland sont réparties sur deux sites. Le bâtiment principal avec les bureaux, les laboratoires, les chambres de croissance et divers complexes de serres se trouve sur le site «Fredericapolder» (voir photo ci-dessus). Une partie toujours croissante du travail de terrain peut être réalisée déjà à un stade précoce à l’intérieur : au laboratoire et dans des chambres climatiques tout à fait contrôlées.

La régénération de plantes adultes, capables de se multiplier, à partir de cellules végétales ou de tissus spécifiques exige, en effet, un contrôle complet des conditions de croissance. Les tests de maladies peuvent également être réalisés efficacement dans ces conditions bien contrôlées. De plus, nous faisons usage de la sélection dite assistée par marqueurs. Nous pouvons, grâce à elle, déterminer très tôt dans le processus de sélection, et sur du matériel très jeune (plantules ou parties de plantules) si les caractéristiques désirées sont présentes ou non.

Un kilomètre plus loin, le long de l’estuaire de l’Escaut, se trouve la ferme d’expérimentation «Schalkshoeve». On y trouve les hangars pour le traitement et la préparation des semences d’essais, le séchage et le stockage de produits ainsi que pour l’entreposage de toutes sortes de machines d’expérimentation. Les infrastructures de Rilland occupent ainsi quelque 6 ha.

Sélection en maïs ensilage

Les activités de recherche en maïs ensilage forment une partie substantielle du programme international de sélection du maïs au sein du Groupe Limagrain. C’est à partir de Rilland que la zone climatique de l’Europe du Nord-Ouest est desservie, avec des hybrides de maïs précoces qui combinent un potentiel de rendement élevé avec une digestibilité optimale. Le programme s’étend de Passau au sud de l’Allemagne à Mons en Wallonie et Skive au nord du Danemark et comprend de très nombreuses parcelles d’expérimentation. Plus de 30.000 analyses de digestibilité sont réalisées annuellement. Ces efforts de recherche débouchent sur un flux continu de nouvelles variétés très prometteuses qui sont proposées chaque année pour inscription dans les différentes listes de variétés recommandées.

Sélection de céréales, lin oléagineux et cultures à gousses

Suite au déménagement des travaux de sélection de Lelystad à Rilland, Rilland fait également de la sélection de céréales, de lin oléagineux et de cultures à gousses pour les marchés de l’Europe du Nord et de l’Europe centrale, de lin oléagineux et de cultures à gousses pour le Canada et les Etats-Unis, et de lin à fibre pour la Belgique, la France et les Pays-Bas. La commercialisation des variétés issues de ces différents programmes se fait sur base de licences.

Programme de sélection d’oignons

Le programme de sélection d’oignons à Rilland est réalisé sous les auspices de notre succursale HAZERA située à Made. On y développe des hybrides d’oignons pour le marché européen.

Personnel

En tout, quelque 60 personnes hautement qualifiées travaillent ainsi dans nos divisions de recherche au Bénélux. Les stations connaissent une approche de type multi-cultures, au sein de laquelle les groupes de sélection du maïs, des céréales, des légumes à gousses, du lin et des oignons sont soutenus par des laboratoires de service en botanique, chimie et biochimie ainsi que dans les domaines de la culture de tissus, de la qualité des semences et de la phytopathologie. Ensemble, ceux-ci exécutent annuellement un demi-million de tests dans le cadre des activités de sélection en serre ou au champ.
L’objectif de tout ceci est le développement de nouvelles variétés qui fourniront à l’agriculteur et au gestionnaire d’espaces verts une valeur ajoutée importante.