22 janvier L’élevage des chèvres belges connaît un essor

On ne peut le nier, le nombre de chèvres laitières en Belgique est en augmentation. Les besoins alimentaires des chèvres sont multiples. Les fourrages grossiers doivent être savoureux et d’excellente qualité. En effet, l’ensilage de maïs ou d’herbe qui n’est pas appétent ne sera pas bien consommé par les chèvres. L’ensilage de maïs ou d’herbe trop humide sera également ignoré. Surveillez également la présence de mycotoxines. L’ensilage et la conservation doivent être impeccables.

Attention à l’excès d’amidon dans l’ensilage de maïs

Une chèvre n’est pas une vache. Il est donc très important pour les éleveurs de chèvres de prendre en compte les exigences spécifiques de la chèvre lors du choix d’une variété de maïs. La teneur en VEM par exemple devrait de préférence avoisiner les 1000 VEM. Toutefois, il est important que cette valeur alimentaire ne provienne que partiellement de l’amidon. Une teneur en amidon trop élevée est très mauvaise pour la santé du rumen des animaux. Le nombre de variétés de maïs qui répondent à ces exigences est donc limité. Pour obtenir une teneur élevée en VEM en combinaison avec une teneur en amidon plutôt limitée, la digestibilité de la partie tiges et feuilles doit être excellente. La variété LG 31.229 répond à tous ces critères et convient parfaitement pour l’élevage caprin.

 

Abbonez-vous à notre newsletter

    déclaration de confidentialité.